Pourquoi suivre une formation TMS ?

> Publié le 23 novembre 2022

Suivre une formation TMS (Troubles Musculo-Squelettiques) est un incontournable pour les membres des services de prévention et de santé au travail (SPST). Pourquoi ? Tout simplement parce que les TMS représentent à eux seuls plus de 87 % des maladies professionnelles indemnisées. Face à ce constat, il est évident que l’entreprise se doit de mettre en oeuvre des actions visant à détecter, prévenir et diminuer les TMS. Et pour obtenir des résultats probants, il faut des ressources internes compétentes qui vont être à même de déployer un plan d’action TMS au sein de l’entreprise.

Rappel sur les principaux chiffres à connaître sur les TMS

Les TMS sont la première cause de maladies professionnelles en France, pour un coût estimé de 2 Milliards d’euros. Malgré ces chiffres déjà alarmistes, on estime qu’il y aurait en réalité entre 53 et 73% de sous-déclaration concernant les TMS !

Autant dire que les troubles musculo-squelettiques représentent un réel enjeux à la fois économique (Gestion des AT&MP) et social (risque de désinsertion professionnelle des salariés) pour les entreprises.

Etude de cas gratuite

Comment accompagner les salariés qui souffrent d'une sciatalgie ?
Sciatalgie

Une formation pour dépister et évaluer le risque TMS

Dans le cadre de la mise en place d’une politique de prévention des TMS, la première étape consiste à mettre en oeuvre des actions visant à dépister et évaluer le risque TMS dans l’entreprise.

En théorie, c’est relativement simple. Il suffit de mettre en perspective les paramètres individuels des salariés et les contraintes imposées par leur poste de travail. Dans la pratique, c’est bien plus complexe car cela demande de multiples compétences et connaissances.

1. Prise en compte des paramètres individuels des salariés

Il est intéressant d’organiser des bilans avec les salariés pour évaluer les capacités physiques individuelles et éventuellement détecter des fragilités musculaires ou articulaires. Quels intérêts ? Simplement, cela permet d’identifier rapidement la capacité physique d’un salarié et ainsi détecter les points de vigilance face aux exigences du poste occupé.

Formation “Détection précoce des TMS”
3 jours – Paris Montparnasse

 

Ces bilans peuvent être réalisés par les infirmier(es) en santé au travail ou par les médecins du travail. Dans tous les cas, les bilans individuels et les résultats qui en découlent restent dans la sphère de la médecine du travail et sont protégés par le secret médical.

2. Analyse du poste de travail

Pour l’infirmier(e), le médecin du travail ou le préventeur, il est important d’aller sur les postes de travail pour comprendre les contraintes auxquelles sont exposés les travailleurs et détecter si un potentiel risque de TMS existe.

Afin d’évaluer ce potentiel risque TMS, il faut se former pour connaître les diverses normes qui régissent certaines typologies de poste de travail  :

  • Respect du tonnage journalier maximum (homme / femme)
  • Respect du port de charge maximum sans assistance mécanique
  • Niveau d’éclairage minimum
  • Largeur minimum des voies de passage…

Il faut également avoir une formation sur l’anatomie humaine pour identifier les contraintes biomécaniques qui sont imposées par l’activité professionnelle et l’organisation du poste de travail. Il faut prendre en compte différents facteurs comme la notion de cycle de travail, de seuil de pénibilité du travail répétitif, d’effort, d’exposition aux vibrations, de postures maintenues et bien d’autres facteurs encore.

Une formation TMS pour prévenir les risques

Maintenant que les risques TMS ont été identifiés dans l’entreprise grâce aux bilans individuels et aux études de poste, les grandes lignes du plan d’action pour prévenir les troubles musculo-squelettiques sont toutes tracées. 

L’idée est de s’appuyer sur les constatations faites pour déployer des actions collectives et individuelles qui vont permettre de prévenir l’apparition des Troubles Musculo-squelettiques dans l’entreprise.

1. Agir sur l’individu

L’analyse des résultats des bilans individuels doit permettre de mettre en place des actions individualisées et collectives. Des actions individuelles pour répondre à une problématique précise mise en évidence par le bilan réalisé (fragilité articulaire et/ou musculaire). Et des actions collectives pour garantir le maintien voir l’amélioration des capacités physiques des salariés.

En ce qui concerne les actions collectives à mener. Là encore, elles sont essentiellement dictées par les résultats des bilans réalisés. Pour autant, est-ce que ça veut dire que si les bilans ne remontent pas de problématiques individuelles, il n’est pas nécessaire d’engager d’actions ? Bien sûr que non ! In fine, l’objectif sera de maintenir les capacités physiques des salariés pour qu’ils puissent préserver leur capital santé et assurer un maintien dans l’emploi sur le long terme.

Exemples d’actions collectives :

  • Atelier de sensibilisation (hydratation, sommeil, stress, proprioception…)
  • Mise en place d’échauffements avant la prise de poste
  • Mise en place d’étirements pendant la journée de travail…

2. Agir sur les postes de travail

La plupart du temps, les analyses de poste permettent d’identifier un problème organisationnel ou structurel qui peut être vecteur de TMS à terme. Et bien souvent, les actions correctives sont très faciles et rapides à mettre en place. Bien évidemment pour arriver à cela, il faut un oeil avisé et avoir une vision à 360° du poste de travail et de ses contraintes imposées sur l’humain.

Formation “Analyse gestuelle et prévention des TMS”
2 jours – Paris Montparnasse

Une formation TMS pour éviter l’aggravation des troubles musculo-squelettiques

Les services de prévention et de santé au travail (SPST) se doivent d’être opérationnels dans la prise en charge précoce des TMS. Le meilleur plan d’action TMS au monde n’empêchera jamais à 100% l’apparition de troubles musculo-squelettiques au sein de l’entreprise. 

 

infographie-principales-pathologies-tms

Se former sur les troubles musculo-squelettiques (TMS) permet d’acquérir une méthodologie et les connaissances nécessaires à la prise en charge précoce et efficace des lésions de l’appareil locomoteur ou des atteintes ostéo-articulaires

Il est important de connaître l’évolution possible des pathologies et d’identifier les signes de gravité nécessitant une orientation vers le médecin du travail ou des examens complémentaires.  la connaissance approfondie des pathologies permet d’ajuster la prise en charge (application de chaud, froid, mise en place d’une contention, prescrire les bons exercices de soulagement articulaires ou musculaires, conseils pertinents…).

Formation “Premiers soins, conseils et prévention des TMS”
3 jours – Paris Montparnasse

 

Pour conclure

Suivre une (ou plusieurs formation) TMS permet d’acquérir les compétences indispensables pour devenir un référent au sein de son entreprise et être force de proposition pour développer un plan d’action TMS visant à évaluer et prévenir les risques TMS. L’idéal étant de choisir des formations dispensées par des experts de terrain et basées sur la pratique. Pratiquer pendant la formation (réaliser les différents tests, les contentions, les étirements, les exercices de prévention…) permet d’ancrer les connaissances et d’être opérationnel dès le retour dans son contexte professionnel. 

Formations sur la thématique TMS