activite-physique-et-sportive-en-entreprise

Activité physique et sportive (APS) en entreprise , c’est le moment d’accélérer

> Publié le 17 juin 2022

Toutes les études sont unanimes et arrivent à la même conclusion, l’activité physique a des effets bénéfiques sur la santé. Face à ce constat, il est évident d’essayer de multiplier les points de contacts qui offrent la possibilité de pratiquer une activité physique ou sportive (APS).

Dans ce contexte, l’entreprise à un rôle important à jouer. D’autant plus que la réforme de la santé au travail (loi du 2 août 2021) et le 4ème plan santé 2021-2025 vont totalement dans ce sens, puisqu’ils prônent la mise en place d’activités physiques et sportives (APS) en entreprise.

Focus Vidéo sur l’activité physique avec Virginie Abadie

L’activité physique et sportive, c’est quoi exactement ?

La réponse à cette question tient en 2 mots : c’est bouger ! Le corps humain est fait pour bouger, pour être en mouvement. C’est tout simplement génétique !  Notre corps a besoin d’être en mouvement pour fonctionner de manière optimale. C’est ce qu’on appelle le mouvement lemniscatoire, mouvement que l’on retrouve dans la marche (à partir de 4km/h) par exemple.

Aménager des temps pour bouger

Maintenant que nous avons intégré que le corps humain est fait pour bouger…il faut s’aménager des temps pour bouger ! Ces temps peuvent s’exprimer de manière hebdomadaire ou journalière. La Haute Autorité de la Santé (HAS) recommande de pratiquer 30 minutes d’activité physique modérée, au moins 5 fois par semaine. 

Exemples d’activité physique modérée :

  • Marcher (> 4km/h)
  • Faire du vélo
  • Monter ou descendre des escaliers
  • Faire le ménage, jardiner, bricoler
  • Nager
  • Pratiquer de la gym douce
  • Faire du stretching

infographie activité physique modérée

A noter qu’il existe une chronologie dans la notion d’intensité de l’activité physique, répertoriée selon 3 niveaux.

Niveau 1 : L’activité physique d’intensité faible

L’activité physique d’intensité faible, comme par exemple la marche à une allure inférieure à 4km/h, est une première étape pour lutter contre la sédentarité et aller progressivement vers une activité physique modérée protectrice pour la santé.

Niveau 2 : L’activité physique à intensité modérée

L’activité physique d’intensité modérée, justement,  est à privilégier pour préserver le capital santé. L’essentiel étant de respecter ses capacités physiques et d’avoir une pratique régulière.  

Niveau 3 : L’activité physique à intensité élevée

L’activité physique d’intensité élevée (marche à pied rapide, course à pied…) s’apparente plus à une pratique sportive proprement dite et permet également de préserver son capital santé dans le cadre d’une pratique régulière.

Notion de sport santé

Le “sport santé” se situe entre 2h et 10h d’activité physique par semaine. Cela signifie que si vous pratiquez moins de 2h d’activité physique par semaine cela est insuffisant et engendre des problèmes de santé, et si vous pratiquez plus de 10h d’activité physique par semaine cela nécessite de mettre en place un suivi spécifique de votre santé comme cela est le cas pour les sportifs de haut niveau.

Ou trouver le temps pour pratiquer une activité physique ou sportive ?

Finalement, la question essentielle reste le temps disponible que nous avons à consacrer à la pratique d’une activité physique ou sportive dans notre journée ou dans notre semaine. La journée de travail trop remplie, le mauvais temps, les enfants à aller chercher, les courses à faire, la fatigue…tous ces facteurs sont des freins (ou des prétextes) à la pratique d’une activité physique et sportive régulière.

Dès lors, se pose la question de l’entreprise ! Du rôle que pourrait jouer l’entreprise pour permettre à ses salariés de pratiquer une activité physique et sportive régulière.

Pourquoi développer l’activité physique et le sport en entreprise ?

Développer l’activité physique et sportive en entreprise répond à un enjeu de santé publique porté par le 4ème plan santé  2021-2025 ainsi que par la réforme de la santé au travail (loi du 2 août 2021). 

C’est une vision résolument novatrice du rôle de l’entreprise en termes de prévention et de promotion de la santé qui s’ouvre et qui doit inciter les entreprises à mettre en mouvement l’ensemble de leurs salariés.

Favoriser ou mettre en place des activités physiques et sportives dans l’entreprise en est un exemple et représente une formidable opportunité tant pour les salariés que pour l’entreprise. La santé d’une entreprise passe par la santé de ses salariés.

Les avantages pour les salariés

  • Mise à disposition d’une plage horaire pour pratiquer une activité physique ou sportive
  • Amélioration de la qualité de vie et des conditions de travail (QVCT)
  • Amélioration du bien-être
  • Et bien-sûr amélioration de la santé

Les avantages pour l’entreprise

  • Augmentation de la productivité, de 3 à 9%
  • Augmentation de la rentabilité, de 4 à 14%
  • Diminution des arrêts maladie et du turnover (-25%)
  • Notoriété renforcée
  • Réduction des dépenses santé de 300 à 350 € par an et par salariés

Comment l’entreprise peut-elle favoriser la promotion de l’activité physique et sportive ?

Afin d’aider les entreprises dans leur démarche, l’AFNOR à publié un guide “Activité physique et sportive en milieu professionnel” qui synthétise 3 niveaux d’engagement possibles pour aider les entreprises à lancer un projet d’APS.

Visioconférence – Mardi 18 octobre 2022


Activité physique et sportive en entreprise : Enjeux, organisation et bénéfices

>Voir le programme

guide-afnor-aps

Téléchargez le guide AFNOR
“Activité physique et sportive en milieu professionnel”

 

Niveau 1 : Sensibiliser les travailleurs

Ce premier niveau d’engagement se concentre essentiellement sur les aspects sensibilisation et communication autour des bienfaits de la pratique d’une activité physique et sportive.

Exemples d’actions possibles

  • Déployer une campagne d’affichage
  • Envoyer une campagne emailing en interne
  • Diffuser des vidéos de promotion
  • Proposer des conférences, ateliers de sensibilisation
  • Mettre à disposition des ressources documentaires (livres blancs, études…)
  • Prendre des mesures incitatives pour favoriser la mobilité (utilisation des escaliers, réunion debout, imprimante déportée dans les parties communes….)…

Niveau 2 : Faciliter la pratique des activités physiques et sportives

Ce deuxième niveau est plus engageant puisqu’il se traduit par la mise à disposition de moyens matériels ou organisationnels permettant la pratique d’une APS pour les travailleurs.

Exemples d’actions possibles

  • Mettre à disposition des bureaux réglables en hauteurs
  • Mettre à disposition des ballons (swiss-ball)
  • Mettre à disposition baby-foot, table de ping pong…
  • Faciliter l’accès à des infrastructures sportives externes (salle de sport, cours de gym..)
  • Encourager la création d’une association sportive interne à l’entreprise
  • Mettre à disposition un espace permettant la pratique d’une APS
  • Faciliter l’accès à des équipements sanitaires (vestiaires, douches…)…
  • Mettre en place des échauffements avant la prise de poste

Niveau 3 : Proposer des activités physiques et sportives encadrées

L’entreprise propose à ses salariés des APS encadrées par des intervenants qualifiés, qui peuvent être des prestataires extérieurs ou du personnel interne formé spécifiquement à la pratique des activités physiques et sportives en entreprise.

formation activité physique en entreprise

Formation Activité physique en entreprise
2 jours – Paris Montparnasse

Exemples d’actions possibles

  • Proposer des séances hebdomadaires encadrées
  • Intégrer les APS dans un plan de développement de la QVCT
  • Proposer des séances d’évaluation de la condition physique
  • Proposer des séances en ligne pour les télétravailleurs
  • Organiser des challenges inter-services…

Quels sont les acteurs de l’entreprise concernés par l’organisation des activités physiques et sportives ?

L’organisation d’une activité physique et sportive en entreprise est soumise à des règles et à des protocoles qui sont différents selon la taille de l’entreprise et la présence ou non d’un Comité Social et Economique (CSE) en interne.

Cas d’une entreprise qui ne dispose pas d’un CSE

Pour les entreprises qui ne disposent pas d’un CSE, et quelque soit la taille de l’entreprise, l’organisation d’activités physiques et sportives relève exclusivement de la compétence de l’employeur.

Cas d’une entreprise de – de 50 salariés qui dispose d’un CSE

L’organisation d’activités physiques et sportives dans les entreprises de moins de 50 salariés disposant d’un CSE, relève d’une compétence commune entre employeur et CSE. L’employeur peut solliciter le CSE dans le cadre de l’organisation des APS et inversement, le CSE peut soumettre des idées à l’employeur.

Cas d’une entreprise de 50 salariés et + disposant d’un CSE

Dans ce cas de figure, c’est le CSE qui est compétent pour organiser les APS. Selon le code du travail (art. L.2312-80), le comité social et économique assure ou contrôle la gestion des activités physiques ou sportives et peut décider de participer à leur financement. 

L’employeur n’est pas compétent pour organiser lui-même des activités physiques et sportives au sein de l’entreprise, il doit impérativement consulter le CSE, qui a pouvoir de décision. 

infographie-decision-activite-physique-et-sportive-aps-en-entreprise

Rôle du service de prévention et de santé au travail

Dans le cadre de la réforme de la santé au travail portée par la loi du 2 août 2021, Les services de prévention et de santé au travail (SPST) se voient attribuer de nouvelles missions et de nouvelles fonctions, dont la prise en compte de l’évaluation de la sédentarité des travailleurs dans une approche globale et non plus seulement en lien avec l’activité professionnelle.

La visite d’information et de prévention (VIP)

Les SPST assurent le suivi de l’état de santé des salariés, notamment par l’intermédiaire des visites d’information et de prévention. Parmi les points de vigilance pris en compte lors de ces visites d’information et de prévention, l’évaluation de la sédentarité des travailleurs est un critère intégré dans le cadre de la loi du 2 août 2021. 

Si l’infirmier(e) en santé au travail, souvent en charge de la VIP,  dépiste une insuffisance d’activité physique chez un salarié, il peut sensibiliser le dit salarié sur les bienfaits de l’activité physique et sportive. Il peut également orienter le salarié vers le médecin du travail, qui peut prescrire des activités physiques et sportives (art.32 de la loi du 2 août 2021).

Animation de séances d’activité physiques et sportive en entreprise

Les membres des services de prévention et de santé au travail peuvent encadrer des séances d’activités physiques et sportives au sein de l’entreprise, à condition d’être formé.

Proposer, organiser, animer des séances d’activités physiques et sportives en entreprise ne s’improvise pas et nécessite des connaissances et des compétences spécifiques.

  • Savoir évaluer le niveau de sédentarité
  • Etre capable de réaliser et d’analyser un bilan individuel de capacité physique
  • Appréhender les aspects logistiques (locaux, vestiaires, horaires…)
  • Etre capable de communiquer et de promouvoir le projet
  • Animer une séance productive
  • Tenir compte des spécificités individuelles
  • Evaluer et mesurer les bénéfices de l’action engagée

Pour conclure

La volonté du législateur, à travers la réforme de la santé au travail et le 4eme plan santé 2021-2025, est de lutter contre la sédentarité en favorisant la pratique de l’activité physique pour tous et en tous lieux. Dans ce cadre, l’entreprise devient un acteur de santé publique et doit s’inscrire dans une politique de prévention et de promotion de l’activité physique et sportive en vue de préserver la santé physique de ses salariés. Tout le monde est gagnant, les salariés et l’entreprise !


 

Formation sur cette thématique


 

Une question sur les Activités Physiques et Sportives en entreprise, un projet ? N’hésitez pas à nous contacter